Patrimoine

Porte de France

La Porte de France faisait à la fois office de porte du château et de porte de la ville. Edifiée initialement au XIIIème siècle, elle a été empruntée par Jehanne d’Arc et son escorte le 23 février 1429, quittant sans retour sa Lorraine natale. Les vestiges actuels datent d’une restauration réalisée sur les restes de la muraille primitive.

Tours Pagis

Cet ensemble porte le nom de l’évêque à l’origine du projet. Vers 1890- 1900, alors que Domrémy construit une basilique à la Gloire de Jehanne, l’évêque de la Meuse  décide aussi de faire élever un monument national à la gloire de l’héroïne à Vaucouleurs. Ce projet se voulait imposant, il fut onéreux, et ne put jamais être terminé.

Le Tilleul

Près de l’église qui domine Vaucouleurs, sur les lieux historiques de la rencontre de Jeanne avec le sire Robert de Baudricourt, gouverneur du roi, un gros tilleul impose sa silhouette au cœur du patrimoine historique. La légende rapporte que le cheval de Jeanne d’Arc broutant les feuilles tendres du tilleul, provoqua le verdissement de toute la nature alentour. Si l’on ne peut affirmer l’âge de ce tilleul, dont le tronc ceux fut curieusement maçonné avec un contrefort de pierres, on sait qu’il est très âgé, dépassant largement le demi-millénaire. Il obtint le label Arbre Remarquable de France (par l’association A.R.B.R.E.S.) en octobre 2011.

Chapelle Castrale

Construite entre 1923 et 1929, elle sera bénie en 1930 par le Cardinal LEPICIER, natif de Vaucouleurs.
Elle occupe l’emplacement de la chapelle primitive bâtie en 1234.
Sous la Chapelle castrale se trouve la crypte, construite comme l’ensemble au XIIème siècle dans laquelle de nombreux témoins ont affirmé avoir vu Jeanne d’Arc venir souvent et longuement prier. Cet épisode est même relaté sur l’un des vitraux de la chapelle castrale, où l’on voit un jeune enfant de chœur, le futur curé d’Ugny sur Meuse, épiant Jeanne à genoux devant la vierge à l’enfant.
Ce témoin sera d’ailleurs cité à paraître au procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc. Les quatre voûtes de la salle principale de la crypte prennent naissance aux quatre coins de la petite pièce, et viennent prendre appui sur un pilier central qui fait face à la vierge, d’où son nom. Primitivement polychrome, la vierge tenait autrefois un enfant sur les genoux.
Œuvre d’un artiste inconnu, elle est désormais suspendue par deux bras métalliques pour permettre d’observer une originale sculpture se trouvant sur sa base, découverte lors des travaux de sa restauration.

Notre Dame des voûtes

Notre Dame des voûtes

Le château de Vaucouleurs

Du château de Robert de Baudricourt où le destin de Jeanne se décida, il ne subsiste que la crypte de la Chapelle Castrale et la Porte de France.

L’église paroissiale Saint-Laurent

Edifiée entre 1782 et 1785, l’église Saint Laurent est l’une des rares églises de la Meuse dont le plafond est entièrement peint et décoré de fresques. Construite dans un style Renaissance, sa voûte est supportée  par des colonnes jumelées. Dans le chœur, se dresse un très beau maitre-autel en marbre fermé par des grilles en fonte exécutées aux fonderies d’Art de Tusey. Dans la nef centrale se trouve une chaire à prêcher magnifiquement sculptée, datant de 1717. Les orgues datent de 1867, le buffet est remarquable. Les nefs latérales sont éclairées par de grands vitraux exécutés par les Etablissements Pierson de Vaucouleurs.

L’église paroissiale est classée Monument historique depuis le 20 janvier 1989 et la chaire à prêcher est classée depuis le 12 mai 1944.

L’Hôtel de Ville

Il a été construit entre 1847 et 1848 à l’emplacement d’un ancien couvent. Son architecture est inspirée de la renaissance italienne. Il comportait des locaux destinés à la municipalité, deux salles d’école et une caserne de gendarmerie.

Aujourd’hui, le bâtiment central est destiné à la municipalité, l’aile gauche accueille des logements et  des structures sociales et l’aile droite accueille le musée _rappelant le rôle principal tenu par la Ville dans l’épopée johannique_ mais aussi la bibliothèque ainsi que des logements.

Statue équestre

Devant l’hôtel de Ville se trouve une statue équestre de Jeanne d’Arc en bronze, d’un poids de 2.5 tonnes, réalisée par Halbout du Tanney en 1951 pour la Ville d’Alger. En effet, la statue ayant été vandalisée en 1962 à la fin de la guerre d’Algérie, celle-ci est ramenée en France avant d’être restaurée et érigée le 8 mai 1966 dans la ville ayant armé la sainte. En 1962, lors des évènements d’Alger, elle fut basculée de son socle. Les pattes du cheval furent cassés, l’épée brisée, Jehanne séparée de sa monture au niveau du tronc. Le gouvernement français  français décide de rapatrier les morceaux et de les attribuer à la ville qui se chargera du financement et des réparations. La ville de Caen est en compétition , le sculpteur tenant à voir son œuvre dans sa ville d’origine. Etant la ville du départ de Jehanne, Vaucouleurs prit la décision de poser sa candidature car elle ne possédait  pas de statue équestre de son héroïne. C’est au cours d’une séance exceptionnelle, que le syndicat d’initiative prit  cette décision et rédigea une demande qu’il fit appuyer par le Ministre d’Etat Louis Jacquinot, député de la Meuse. Ces démarches aboutissant  à l’attribution des restes de la statue à la ville de Vaucouleurs en 1964. Les morceaux furent transportés dans des caisses, Alger à Marseille, par les soldats du contingent de l’Adjudant-chef Robert, par la suite Capitaine du 15ème RGA de Toul. Le transport des caisses depuis Marseille fut effectué par la Société Danzas. Son directeur étant originaire d’Alger et vouant une vénération particulière pour notre héroïne nationale, il assura la gratuité du transport. C’est aux fonderies de Sommevoire, en Haute-Marne, qu’eurent lieu les réparations après beaucoup de démarches auprès du sculpteur, qui mécontent de ne pas récupérer son œuvre, refusait de prêter sa maquette indispensable  à la réalisation  des travaux. Elle fut enfin fournie par le sculpteur, suite  à l’intervention d’un de nos vice-présidents de l’époque, Monsieur Maurice Worms, industriel à Vaucouleurs, se rappelant à point nommé que le sculpteur avait réalisé des statues pour la décoration de l’appartement parisien de ses parents. La statue fut ramenée de l’usine par les aviateurs de la base de Nancy-Ochey. Le financement  fut assuré grâce à une souscription  nationale  et la marraine de la statue est Madame Jacquinot. L’inauguration eu lieu le 8 mai 1966 en présence de Monsieur Mesmer, alors Ministre des Armées.

Château de Tusey

Construit dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, le château a appartenu à la famille du Breuil de la Brossardière jusqu’en 1833, puis passa par mariage à la famille Fourier de Bacourt. En 1937, il devint le château de la fonderie de Vaucouleurs lorsque celle-ci fut créée à proximité.

Les remparts et la tour dite des Anglais

Ensemble fortifié du XIIème siècle. Les restes des remparts et la tour des Anglais sont classés monument historique le 14 novembre 1979.

Tour du roi

Edifice fortifié de la ville datant du XIIIème siècle. Elle a été classée monument historique le 14 novembre 1979.

Le château de Gombervaux, aux alentours

Construit au XIVème siècle à l’extérieur de la ville, il est classé monument historique depuis le 21 mars 1944.

Monument aux morts

Historique
1922 : inauguration le 8 octobre sous la présidence de Raymond Poincaré, président du Conseil, et d’André Maginot, ministre des Anciens combattants. 1940 : le 19 juin, les troupes allemandes, lors de leur arrivée, ont retiré le casque prussien sur lequel se tenait le coq gaulois.
(source : Musée d’Orsay)

Monument aux morts

Monument aux morts

Inscriptions
Sur une plaque à l’arrière : Ce monument a été inauguré le dimanche 8 octobre 1922 sous la présidence de Mr Raymond Poincaré, président du conseil, ministre des affaires étrangères, président de la République française pendant la grande guerre, sénateur de la Meuse, président du conseil général. En présence de Mr André Maginot ministre de la Guerre et des pensions, député de la Meuse et des parlementaires du département, Mr Henry Philippe étant maire de Vaucouleurs. Sur le côté du monument : Union internationale artistique, directeur Ch Pierson Vaucouleurs.
Description:
Fonte bronzée
Vraisemblablement sous traitée à la fonderie de Tusey voisine.

Stèle des Fusillés

« Ici tombèrent pour la France FLEURET Henri et PIERDON Raymond, fusillés par les Allemands le 31 août 1944. »
La libération de Vaucouleurs a eu lieu le lendemain, le 1er septembre 1944.
Devant la stèle se trouve une plaque du Souvenir Français : « A la mémoire des résistants victimes des Nazis. »

Stèle des fusillés

Stèle des fusillés

Blason de Vaucouleurs
Blason Vaucouleurs

Blason Vaucouleurs

Héraldique : De gueules à la tour crénelée d’argent au chef d’azur chargé de trois fleurs de lis d’or.
Ornements extérieurs : L’écu posé sur une épée en pal d’argent croisée et pommelée d’or, férue en une couronne royale d’or garnie de ses gemmes sommant l’écu et flanqué de deux demi-fleurs d’or. L’écu soutenu par un listel d’argent aux retroussis d’azur passant sur la lame de l’épée et chargé de la devise en lettres romaines : LABOR ET PATRIA (travail et patrie).
Symbolique : La Municipalité de Vaucouleurs, par délibération du 19 décembre 1960, voulant rappeler l’aide apportée à la Pucelle par les Valcolorois au départ de sa mission, décida que les armes de la Ville seraient soutenues par les meubles du blason que Charles VII octroya à Jeanne d’Arc et sa famille.

Les commentaires sont fermés